A partir de 25,80
A partir de 25,80
A partir de 19,80

Un tableau minimaliste pour votre déco 

Si vous souhaitez donner un aspect moderne à votre déco, le tableau minimaliste et plus globalement la déco minimaliste sont des éléments indispensables. Décorez votre salon ou votre intérieur de style scandinave ou contemporain avec un tableau minimaliste de notre collection. Vous trouverez forcément le tableau idéal sur Tableaux du Monde.

Qu’est-ce que le minimaliste ? 

Le minimalisme est caractérisé par un fort niveau d’abstrait et de réductionnisme. Des formes simples et une coloration souvent monochromatique réduisent l’œuvre d’art minimaliste à ses éléments de base. Le minimalisme dénote le retrait de l’artiste. Le minimalisme est toujours une esthétique recherchée et s’exprime dans de nombreux autres domaines du design et de l’art. Découvrez notre collection d’œuvres d’art minimalistes et minimales et apprenez-en davantage sur l’origine de ce magnifique mouvement artistique !  

Caractéristiques de l’art minimaliste et du tableau minimaliste 

Même dans l’art, le minimalisme est un fourre-tout, désignant un mouvement historique, une collection de préférences en matière de design et de décoration, et une approche de l’utilisation des matériaux. Qu’il soit utilisé pour faire référence à l’ameublement de la maison ou, plus globalement, comme une philosophie de vie simple, le minimalisme promet de simplifier et de ralentir la vie. Mais saviez-vous que les termes « Minimalisme » et « Art minimal » remontent à une seule exposition en 1966 ? Le conservateur Kynaston McShine a organisé l’exposition Primary Structures : Younger American and British Sculptors au Jewish Musuem de New York. L’exposition présentait principalement des sculptures qui se distinguaient par leur langage formel réduit. Mais déjà dans les années 1950, Frank Stella créait des peintures avec sa célèbre série de Black Paintings. Les artistes participants ne se décrivaient pas comme des minimalistes. Cette attribution remonte à la critique d’art de l’époque. Les caractéristiques exceptionnelles qui unissaient les œuvres étaient les suivantes : 

  • Des formes géométriques de base simples et fortes en série ou en répétition. 
  • Des matériaux préfabriqués industriellement tels que des briques, des tubes fluorescents ou du plexiglas. 
  • Les artistes se contentaient souvent de concevoir leurs œuvres et ne les exécutaient pas eux-mêmes. 
  • Intégration dans le contexte des localités : ce qu’on appelle la spécificité du site. 
  • Aucune interprétation ou lecture donnée. Ce n’est que par la rencontre du spectateur avec l’art qu’une signification personnelle forte émerge. 
  • Dans une direction similaire à celle prise par l’art conceptuel, la paternité de l’œuvre d’art est devenue moins pertinente. 
  • Ni la virtuosité artistique, ni la biographie, ni les tactiques de persuasion illusionnistes, ni les émotions ou les métaphores ne contribuent au décodage des œuvres. 

 

L’art minimal se comprend comme un contre-mouvement à l’expressionnisme abstrait hautement émotionnel et au pop art socialement critique. D’un point de vue esthétique, l’art minimal partage beaucoup avec l’art abstrait. La tendance de ce dernier à s’éloigner des formes discernables et à rechercher la simplicité de la représentation (même si elle n’est pas immédiatement évidente pour l’observateur) est une caractéristique partagée par l’art minimal et l’art abstrait, à la fois en tant que tendances générales et mouvements historiques. L’expressionnisme se définit par l’expression d’états émotionnels. En revanche, cette impulsion est totalement évacuée de l’art minimal. Il s’agit d’un art pour les naïfs et les ignorants : aucune connaissance préalable n’est nécessaire pour contempler ou comprendre un tableau minimaliste. Cette conception non dogmatique de l’art était révolutionnaire et influencée par une prémisse centrale de l’art conceptuel : les idées sont plus importantes que la personnalité artistique ou la virtuosité de la technique. 

  

En photographie, l’art minimaliste a souvent été caractérisé par l’utilisation de l’espace négatif – une technique de composition d’une œuvre photographique par laquelle l’espace « vide », ou l’espace marginal entourant un objet de contemplation, passe au premier plan. L’objet lui-même est généralement coupé, ou minimisé, afin de donner la priorité à la fois au sujet environnant et à une silhouette résiduelle. Cette technique est présente de manière très stylisée, par exemple, dans les dessins mixtes du grand couturier Christian Lacroix et dans les portraits d’inspiration pop-art de Gazi Sanzoy. 

   

Artistes minimalistes célèbres 

Les noms les plus célèbres de l’exposition Primary Structures étaient Donald Judd, Carl Andre, Robert Morris, Judy Chicago, Tony Smith, Sol LeWitt, Dan Flavin et Anne Truitt. Tous n’ont pas été exclusivement engagés dans l’art minimal au cours de leur carrière. Certains de ces artistes ont continué à se réaliser dans l’art conceptuel, ont fait de l’art performance leur moyen d’expression ou ont contribué à l’art féministe. 

En Allemagne, l’artiste Blinky Palermo est connu de beaucoup de gens en relation avec les tableaux minimalistes. Il a utilisé des textiles pour des objets muraux, réalisé des peintures et créé des surfaces d’art en métal, qu’il a ensuite recouvertes de peinture acrylique. 

Lygia Clark et Eva Hesse sont également deux artistes qui ont des origines dans l’art minimal, mais qui l’ont élargi avec un élément interactif ou subjectif et processuel. Les débuts du sculpteur mondialement connu Richard Serra peuvent également être trouvés dans le minimalisme. 

L’influence de l’art minimal sur de nombreux mouvements artistiques contemporains est énorme. Dans son évolution vers l’idéalisation de l’art, l’accent mis sur l’idée et la contextualité d’une œuvre, sa modernité radicale est perceptible.